Projet Aller-Retour

Chaque équipe a été appelée à raconter ses journées et à présenter sur ce blogue l’état d’avancement de ses projets. 

Équipe « Les grandes affaires » 

DÉMARCHE – ENJEUX – COULEURS DE L’ÉQUIPE

Notre terrain de jeu est « L’hôpital ». Le Monastère des Augustine, voisin immédiat de l’Hôtel Dieu a, en ses murs, des portes menant directement à l’hôpital, porte utilisée par les sœurs Augustines, infirmières et accompagnantes aux malades. Ces portes sont interdites d’accès au public. Notre objectif est de faire ressentir aux visiteurs la transition entre un univers calme et bienveillant (monastère) et un autre où la frénésie et l’urgence sont le lot quotidien (hôpital).

Pour réaliser le projet, nous avons eu le grand privilège de traverser ces portes qui mènent d’un endroit à l’autre. Tous les membres de l’équipe ont été marqués par le paradoxe extrême entre les deux lieux. Calmement rassemblés dans la rotonde, espace réconfortant et silencieux, la porte qui s’est ouverte à nous nous a menée directement à l’unité de l’oncologie de l’Hotel Dieu. Nous avons été frappés par la différence de réalités et l’impact sur nos perceptions a été flagrant. Tout change. L’odeur, l’air, les sons, les vibrations et même, nos corps à nous; nos inquiétudes qui soudainement remontent alors qu’elles étaient bien loin quelques secondes auparavant.  Le lieu choisi pour notre intervention est la rotonde, espace circulaire avec une porte d’accès à l’unité d’oncologie de l’hôpital, ainsi que le corridor qui nous permet de s’y rendre.

Les notions d’ambiance et de perception, de jonction, de passerelle et de ressentis seront nos lignes directrices. Le nom de notre projet se nommera: ALLER-RETOUR.

L’un de nos enjeux est d’arriver à faire ressentir la force de la transition entre les deux lieux dans les deux sens, puisque les sœurs Augustines le vivaient ainsi, et les accompagnantes également : le passage du calme à la frénésie et de la frénésie au calme. La Rotonde permet un tel va-et-vient et c’est donc là qu’il sera réalisé.

Le long corridor menant à la rotonde sera utilisé pour recréer l’ambiance du monastère (artefacts religieux, vêtements de travail, des témoignages en narration, etc.) Avant d’entrer dans la rotonde, le visiteur passera une zone « tampon », une zone de transition, permettant de ressentir la différence entre les deux espaces. En entrant ensuite dans la rotonde, le visiteur imprégnera du rythme effréné de l’hôpital grâce à des images et des vidéos qui seront projetés sur les murs.

Il sera donc important pour nous que les témoignages entendus dans le couloir puissent faire échos aussi à ce qui sera ressenti dans la rotonde; cette fois toutefois, le visiteur l’entendra autrement puisqu’il sortira tout juste de la frénésie de l’hôpital. Ici, notre souci de faire ressentir l’importante scission entre les univers dans les deux sens sera comblé.

L’enjeu majeur auquel nous avons été confrontés est aussi, à notre avis, devenu l’un des plus beaux moments de cette première journée de Muséomix. Alors que notre idée avançait bien, les organisateurs nous ont avisés que le hasard avait voulu qu’une autre équipe travaille sur l’occupation du même lieu. Ici, il fallait trancher. Qui le ferait ? Nous le saurions à la plénière. D’ici là, nous devions penser à un plan B, extrêmement difficile puisque la porte menant à l’hôpital se trouvait réellement dans la rotonde. Nous aurions pu prendre n’importe quelle porte du Musée sans doute, mais pour nous, la porte liant l’unité d’oncologie à la rotonde était chargée d’histoire, d’émotion et de réalité. Nous pensions même y apposer un signe avisant les visiteurs qui, à défaut de pouvoir la traverser, sauraient ce qui se passe derrière : derrière cette porte se trouve l’unité d’oncologie de l’Hôtel Dieu de Québec.

Inspirés par l’ambiance du monastère, nous sommes restés zen et avons assisté à une séance de yoga, question de nous déposer un peu et de repartir à neuf s’il le fallait. Séance de yoga qui s’est plutôt révélé être une séance de fous rires, nous a remis sur pied et surtout, fut une belle image de l’équipe que nous formons et du plaisir que nous avons eu, dès le début, à travailler ensemble.

L’heure de la plénière a sonné. L’équipe avec qui nous partagions le lieu a présenté, avant nous, son super projet qui, comble de hasard, portait le même nom que nous !! Décidément, nous avions été inspirés par les mêmes choses! Nous avons suivi, ne sachant toujours pas qui l’emporterait. Après notre présentation, l’équipe de Muséomix a choisi de laisser le choix au hasard. L’équipe qui serait pigée déciderait soit de garder, ou de céder l’espace de la rotonde.

hopiLe hasard a finalement penché du côté de l’équipe «adverse» (nous mettons des guillemets parce qu’ici, il n’est surtout pas question d’adversité). Et c’est ici que le beau et la bienveillance l’emportent : cette formidable équipe a décidé de nous laisser la rotonde, si nous leur laissions le nom du projet! C’est donc dans un grand câlin collectif que la plénière s’est terminée.

Nous disons donc mille mercis à Grégory Paradis, Céline Petsilas, Samuel Landry, Amélie Demers, Geneviève Labrecque, Chloé Barabé-Pépin, Idra Labrie et Marine Leparc de l’équipe de méditation – contemplation!

Sur ce, nous nous remettons au boulot. Et nous pouvons dire que l’équipe des grandes affaires non seulement se complète bien, mais a de toute évidence le même remède à tous les maux : l’humour 🙂

Sophie, Guillaume, Hugo, David, Jade, Nadim, Marie-Élaine et Jean-Philippe, notre facilitateur

Articles liés